L’avenir des jeux vidéos avec l’intelligence artificielle.

static1-squarespaceUn des principaux objectifs que visent les systèmes d’intelligence artificielle incorporés dans la programmation de jeux vidéos est de rendre plus réaliste le rendu et le comportement des personnages non joueurs.

En pratique cela signifie que, de plus en plus, les personnages non-joueurs réagissent, planifient, donnent l’impression de faire preuve d’esprit d’initiative, tels des humains.

Pour l’instant, les comportements des personnages non-joueurs sont plutôt stéréotypés et demeurent peu convaincants. Ces comportements sont le produit d’outils de programmation relativement simples (arbres de décision pré-déterminés) comportant un nombre limité de variables.

Mais dans un avenir rapproché, les systèmes d’IA actuellement en cours de développement, tels les réseaux neuronaux et l’apprentissage profond seront probablement incorporés à des puces dédiées et permettront aux personnages non-joueurs de raisonner de manière abstraite et de se comporter de façon imprévue. De plus, l’apprentissage profond permettra aux jeux de s’améliorer en incorporant automatiquement l’expérience et les connaissances des participants.

Des jeux vidéos intelligents pourraient, à partir d’une série d’images, extraire le contenu sémantique des scènes qui sont en train de se dérouler, décrire l’action en cours, déterminer de nouveaux objectifs, planifier une série d’actions pour atteindre ces objectifs, et discuter cette planification avec les joueurs humains.

De telles avancées permettraient d’élargir et d’ouvrir encore plus le champ d’application des jeux vidéos : l’apprentissage et la création (scénarios).

Par exemple, Versu est une plateforme interactive de storytelling qui met l’accent sur les personnages et leurs interactions. L’histoire se construit au fur et à mesure du déroulement du jeu, à partir des personnages. Comment les personnages réagissent-ils ? Entre eux et avec les joueurs ? Que disent-ils ? Et ainsi, au fur et à mesure de la construction du jeu, le paysage social et l’intrigue se modifient constamment.

Versu utilise un engin d’intelligence artificielle développé par Richard Evans, le designer en chef de SIMS 3. Cet engin permet à chaque personnage soit d’évoluer de manière autonome, soit d’être incarné par un joueur.


Pour informations complémentaires, lire les billets dans Conversation sur l’Art :

Donner du corps au récit numérique

Les histoires multisensorielles : un champ des possibles s’ouvre aux créateurs de contenus.


Jeu vidéo : Nouvelle forme d’art ?

Photo-8

Photo Pierre Guité de la sculpture Lucie Minne et la peinture numérique de Cédric Peyraverney d’un personnage du Jeu vidéo Dishonored 2. Jeu vidéo : Nouvelle forme d’art ? par Sylvie Gendreau

Choisissez la représentation d’un personnage (dessin, photo ou toile), placez l’image sur un mur de votre atelier. Amorcez une conversation. Qui est-il au juste ? À quoi pense-t-il ? Quel est son caractère ? Pendant cet échange, avec de la glaise ou de la pâte à modeler, tenter de reproduire son visage en trois dimensions. Sculptez son buste. Si cela se passe comme pour la talentueuse Lucie Minne qui, à partir de la peinture numérique de Cédric Peyraverney, a sculpté les personnages du jeu Dishonored 2 d’Arkane, vous verrez apparaître une personnalité dans toute sa complexité. Impossible de tout intellectualiser, l’Art se fait… en écrivant, dessinant, sculptant… Tentez l’expérience, observez attentivement chaque détail, et vous verrez émerger un personnage qui fera évoluer l’histoire d’une façon que vous ne soupçonniez pas. Pour en savoir davantage… lire Jeu vidéo : Nouvelle forme d’art ?