Peter Higgs et François Englert remportent le prix nobel de physique.

À l’annonce d’une aussi bonne nouvelle, je ne peux qu’avoir une pensée pour tous mes étudiants polytechniciens qui sont au combat pour terminer leur doctorat en faisant preuve de créativité et de rigueur.

Le prix Nobel de physique 2013 vient d’être accordé au Belge François ENGLERT, 80 ans, et au Britannique Peter HIGGS, 84 ans, pour leurs travaux sur une particule élémentaire, le Boson de Higgs, « une petite découverte qui fait toute la différence ».

Les deux chercheurs ont été les premiers à décrire l’existence d’un boson scalaire, communément appelé « la particule de Dieu », particule élémentaire qui donne au reste des particules élémentaires leur masse. L’hypothèse avait été vérifiée en juillet 2012 par le plus puissant accélérateur de particules au monde, installé au Cern à Genève.

L’année dernière, le prix avait été attribué à deux physiciens, le Français Serge Haroche et l’Américain David J. Winekland, pour avoir inventé des dispositifs expérimentaux permettant de manipuler des systèmes quantiques individuels, c’est-à-dire l’isolement d’un atome ou d’un photon pour étudier son comportement.

Persistance, persévérance, savoir écouter ses intuitions même si parfois nous sommes à conte-courant, le scénario se répète.  À voir le reportage d’Ajork Jha dans The Guardian : Reportage sur Peter Higgs